L’actualité du B to B sur internet

> Non classé

Articles de la catégorie Non classé

confit de canard

Emblème du Sud-Ouest s’il en est, avez-vous déjà cuisiné du confit de canard ? Ces cuisses joliment dorées accompagnées bien souvent de pommes de terre à la sarladaise ? Bien sûr, en vous lançant dans un tel plat, ne vous attendez pas à une petite recette légère indispensable à tout régime. Non. Mais il faut savoir se faire plaisir de temps à autre et opter pour des cuisses de canard confites, c’est déjà en avoir l’eau à la bouche rien qu’en lisant ces lignes.

Confit de canard réchauffé

La façon la plus simple va être de vous procurer un confit déjà préparé et de le réchauffer. Deux solutions s’offrent alors à vous : le four ou la poêle. L’avantage du réchauffage au four est qu’il permet de conserver le moelleux de la viande alors que le passage à la poêle vous permettra d’obtenir un petit côté croustillant dont certain raffole mais qui dessèche parfois un peu les cuisses.

En pratique, côté four, il vous faudra préchauffer à 180°C (soit thermostat 6). Pendant ce temps-là, vous allez retirer des confits l’excès de graisse. Ce gras vous permettra, si vous le désirez de faire revenir des pommes de terres avec de l’ail et du persil. Vous obtiendrez ainsi de délicieuses patates sautées et moelleuses. Mais revenons à nos moutons. Maintenant que votre four est à la température désirée, déposez vos cuisses dans un plat adapté en positionnant la peau vers le haut et laissez enfourné pendant un bon quart d’heure.

Si vous préférez réchauffer votre confit de canard à la poêle, disposez-les dans leur graisse dans votre contenant et faites-les réchauffer lentement (environ une vingtaine de minutes) à feu doux. Retournez-les fréquemment afin qu’elles ne grillent pas (trop !) mais qu’elles soient bien dorées de chaque côté. Servez-les rapidement avec votre accompagnement : que ce soit des pommes de terre à la sarladaise pour rester traditionnel, ou tout autre légume, il ne vous reste plus qu’à vous régaler !

Un petit conseil : pour conserver tout le moelleux et les saveur de votre confit de canard : bannissez l’utilisation du micro-ondes

 

Cuisinez vous-même votre confit de canard

Si vous êtes plus courageux et que vous avez envie de vous lancer dans la préparation maison de cuisses de canard confites, pas de panique. Ça sera bien sûr un peu plus long qu’un simple réchauffage puisque le secret d’un bon confit, c’est sa cuisson lente et douce. Ce plat reste plutôt simple à préparer, mais il faudra vous y prendre la veille de la dégustation. Roulez vos cuisses (de canard !) dans le sel puis mettez-les dans un plat avec du laurier, du thym et du romarin. Recouvrez votre plat d’un film plastique et mettez le tout au frigidaire pendant 24 heures.

Le lendemain, il vous faudra rincer les cuisses à l’eau claire et tiède afin de les débarrasser du sel. Si vous mangez peu salé, vous pouvez mêmes faire dessaler dans de l’eau pendant une heure ou deux en changeant l’eau fréquemment. Ensuite, vous allez les éponger avec du papier absorbant. Une fois sèches, placez-les dans une cocotte en recouvrant le tout de graisse de canard ou d’oie. La cuisson peut alors commencer, tout doucement pendant environ 2 heures et demie.

Les confits vont alors cuire lentement dans leur graisse ce qui leur permet de conserver tout leur fondant. Veuillez surtout à ce que la graisse ne brûle pas pendant ce temps-là. En fin de cuisson, vérifier avec la pointe d’un couteau que la viande se détache toute seule et est restée bien tendre. Au moindre doute ou si vous trouvez que la viande est encore un peu dure, prolongez la cuisson jusqu’à l’obtention d’un confit parfait.

La dernière opération consiste à obtenir le croustillant qui fait toute la différence ! Juste avant de servir votre confit de canard et après avoir retiré le surplus de graisse, vous allez faire dorer la viande dans une poêle. Une fois la peau bien croustillante, servez vos cuisses avec votre accompagnement. Il ne vous reste plus qu’à vous régaler !

 

plaque fineraire

Personne ne peut résister à la souffrance qui est due par la perte de l’un des proches parents ou d’un ami. C’est une situation que l’on doit endurer malgré la souffrance. A la recherche des moments de paix et de tranquillité, l’on vient à se faire une idée de confectionner une plaque funéraire qui va accompagner le mort jusqu’à sa dernière demeure. En fait, une plaque funéraire n’est qu’un symbole, mais elle signifie plus qu’un symbole. Elle se présente comme étant le reflet d’une image de l’être disparu dans chaque mémoire.

>> Lire la suite